top of page

Projet Agrist’Hauts de France d’usine de production de produits surgelés à base de pommes de terre à Escaudœuvres (59) 

Avis

Retrouvez ici, après modération, l’ensemble des avis publiés sur le site internet ou exprimés par Coupon T.

  • Avis exprimé par coupon T.

    Très beau projet de réindustrialisation sans emprise foncière supplémentaire. Très favorable. 
    Perspective d'embauche nécessaire car beaucoup de personnes se plaignent de ne pas trouver d'emploi et là au pied de leur maison. Alors arrêtons de contrecarrer tout le temps.

  • Avis exprimé par coupon T.

    Je suis pour le projet, j'ai visité le site avec la délégation. 

  • Avis exprimé par coupon T.

    A la recherche d'un emploi je suis complètement favorable à ce que ce projet puisse se concrétiser.

  • Content de vous accueillir dans notre ville.

  • Nous ne voulons pas qu’une telle entreprise s’implante dans Escaudoeuvres le volume d’activité est différent de celui de TEREOS. Nous avons peur. Il y aura des risques sanitaires et des risques environnementaux. Vivre à Escaudoeuvres deviendra mortel avec le trafic routier, la pollution. Notre santé va décliner avec ces bâtiments de 50 mètres de hauteurs, les bassins de décantation, les réserves d’ammoniaques 5000l quelle santé reserve-t-on à nos enfants ... Nos maisons ont perdu de la valeur avec l’annonce de votre arrivée. Nous ne sommes pas contre les emplois bien au contraire mais pas au détriment des riverains. Nos routes ne sont pas prévues pour ce passage jours et nuits de camions à priori on ne soucis pas de la pollution de l’air de l’eau, si nous restons à Escaudoeuvres nous empoisonnerons nos enfants…

  • Merci d'avoir fait le choix de la transparence et d'avoir choisi le site d'escaudoeuvres pour votre développement. Bienvenue :)

  • Suite à votre première réunion du mercredi 12, vous estimez le nombre de camions à 163 par jour la semaine et 116 le week end donc un camion toutes les 8 minutes. Mais un camion qui rentre toutes les 8 minutes va ressortir à vide peu de temps après son dépôt et repasser devant les habitations. Donc un camion = 2 passages sur la rue jean jaurès donc un passage toutes les 4 minutes . de jour comme de nuit .

  • Le 12 juin dernier, j'ai assisté à la réunion publique inaugurale. L'établissement d'une usine de production demeure une entreprise délicate, surtout lorsqu'elle est implantée à proximité de zones résidentielles, même si cette nouvelle installation remplace une sucrerie présente depuis un siècle et demi et largement intégrée dans le quotidien des riverains. Lors des échanges, les riverains ont légitimement exprimé leurs préoccupations concernant le flux de camions, source potentielle de nuisances sonores et de pollution, ainsi que les émissions générées par les procédés industriels. À cet égard, il est impératif qu'Agristo collabore étroitement avec la municipalité d’Escaudœuvres pour définir les itinéraires précis que les camions emprunteront et ceux qui leur seront interdits. Un plan détaillé de la ville, indiquant les voies autorisées en vert, les directions de transit ainsi que les zones de restriction, serait bénéfique pour toutes les parties prenantes. Par ailleurs, il serait judicieux pour Agristo d'éviter tout transport de camions entre 22 heures du soir et 6 heures du matin. En ma qualité d'ingénieur, il me semble que ce serait possible. Les capacités de stockage des pommes de terre couvriront 24 heures de production. De plus, il serait envisageable d'augmenter la capacité de réception pour traiter en 16 heures les livraisons de matières premières d'une journée entière. La proximité des principaux fournisseurs facilite également la logistique, avec un parking dédié aux poids lourds sur le site même pour optimiser les flux. Les fournisseurs et les clients ajusteront leurs horaires de livraison et de collecte des produits finis. Agristo devrait également s'engager à limiter les opérations de transport le samedi et le dimanche de 10 heures à 22 heures. Concernant la maîtrise des effets de la production sur l'environnement, les avancées technologiques actuelles offrent certainement des solutions pour minimiser ces impacts, y compris la gestion des odeurs. Cordialement.

  • Tout ceci pour vous dire que l arrivée d Agristo a escaudoeuvres est une hérésie. Oui a Agristo mais pas milieux intra urbain. Escaudoeuvres a déjà eu son lot de entreprises polluantes et nocives avec Tereos, Métaleurop et le problème de saturnisme et aujourd'hui Agristo dans un avenir proche avec les conséquences qu on ose pas imaginer

  • Étant riverain de la rue d erre, aux vues de toutes les conséquences que ce projet va m occasionner au quotidien, je me vois dans l obligation d être contre ce projet ! Agristo oui mais pas a Escaudoeuvres.

  • Je suis contre le passage important des camions et contre l odeur Ce modèle d usine n est pas adapté à nos village. Elle doit être installé dans une zone industrielle

  • Il est vital pour l'agglomération de préserver un milieu humide naturel pour restituer l'eau en cas de sécheresse, sauvegarder la faune et la flore menacées et capter une partie du CO2 émis.

  • J'aimerais favoriser une action favorable à la création d'une zone humide en secteur de Cambrai au niveau des bassins de décantation de la sucrerie. La zone humide est une zone extrêmement riche en biodiversité et favorise l'absorption du co2. De plus les zones humides en France et notamment dans le nord sont en danger. Merci de votre attention

  • Avis exprimé par coupon T

    - Très bonne initiative de transformation du site Tereos

    - Emplois à la clé

    - Eviter une friche ! Entretien du site et des bassins de décantation et utilisation des silos.

    - Les nuisances ne sont pas supérieures à celles de la sucrerie : sonores, odeurs... à confronter à la visite de l'usine en Belgique pour les personnes non convaincues.

    - Usines alimentaires, propres, et hygiéniques !

  • Quelle agriculture voulant nous dans les hauts de France ? Avec l arrivée d Ecofrost a peronne sur le site de flodor et d agristo a 45 minutes d'escaudoeuvres, ne pensez vous pas avoir un impact sur les monocultures car tous le agriculteurs locaux voudrons eux aussi avoir leur part du gateau. Ne pensez vous pas avoir aussi une responsabilité sur la ressource en eau potable avec les 1260000 m3 d'eau juste pour le lavage des pommes de terre.

    vptre n êtes vous pas concernés par les problèmes de pollution des terres de la par des agriculteurs mais du fait de votre besoin d une quantité et mais aussi d une qualité supérieure de pommes de terre. Votre activité de transformation va intensifer les intrants dans nos champs et y augmenter les pompages agricole.

    À ce jour, en France, l’agriculture est encore responsable de 20 % des émissions de gaz à effet de serre. Pourtant, nombreux sont les agriculteurs à s’adapter aux nouveaux modèles écologiques et à s’inscrire dans une démarche écoresponsable. L’agriculture responsable vise à préserver le plus possible nos terres et nos réserves d’eau. Pour cela, les agriculteurs utilisent moins d’intrants et tâchent d’utiliser avec parcimonie ces dernières. Ils évitent toute pollution des sols et favorisent la biodiversité. Ainsi, l’agriculture responsable réduit l’empreinte écologique globale, de façon à préserver des ressources suffisantes pour l’avenir. Comme le souligne l’Observatoire des aliments.

  • Contribution recueillie lors de la rencontre de proximité du 15/06/2024 au marché couvert de Cambrai

    Si ça créé de l'emploi. Et la circulation il faut s'y faire.

  • Contribution recueillie lors de la rencontre de proximité du 15/06/2024 au marché couvert de Cambrai

    J'attend avec impatience le changement qui va nous arriver avec votre usine qui va nous permettre de nouveaux emplois.

  • Contribution recueillie lors de la rencontre de proximité du 15/06/2024 au marché couvert de Cambrai

    C'est bon pour l'emploi local - l'usine + les emplois indirects.

  • Contribution recueillie lors de la rencontre de proximité du 15/06/2024 au marché couvert de Cambrai

    Ce projet est positif si les producteurs sont des agriculteurs français et qu'il y a un report sur les phytosanitaires.

  • Contribution recueillie lors de la rencontre de proximité du 15/06/2024 au marché couvert de Cambrai

    Très bon avis, sauvons nos régions, arrêtons de produire à l'étranger, j'espère que ce projet verra le jour.

  • Contribution recueillie lors de la rencontre de proximité du 15/06/2024 au marché couvert de Cambrai

    Plantation d'arbre côté canal.

  • Contribution recueillie lors de la rencontre de proximité du 15/06/2024 au marché couvert de Cambrai

    C'est un bon projet.

    Ca va faire des emplois.

    Ma fille travaille à E-Valley en conditionnement emballage. Elle pourrait être intéressée. Merci de la tenir au courant.

  • Contribution recueillie lors de la rencontre de proximité du 15/06/2024 au marché couvert de Cambrai

    Je suis à la recherche d'un travail assez long avant la retraite. Je suis très intéressé par le projet.

  • Contribution recueillie lors de la visite de l'usine Agristo de Wielsbeke en Belgique le 19/06/2024

    Entreprise avec un très bon état d'esprit familial. Intérêt à la décarbonation et durabilité.

    Très jolie entreprise qui mérite de s'installer sur les Hauts-de-France.

    Bravo à toute l'équipe.

  • Contribution recueillie lors de la visite de l'usine Agristo de Wielsbeke en Belgique le 19/06/2024

    Suite à la visite organisée à l'usine de W. en Belgique, je tiens à remercier Agristo pour ce moment de transparence, très intéressant sur le plan de la "curiosité intellectuelle" et qui permet de dissiper toutes les craintes que l'on peut avoir. J'espère, et je souhaite, une bonne installation à Escaudoeuvres !

  • J'ai peur des conséquences écologiques, environnementales et pécuniaires suite à l'installation de cette usine. Je pense que pour nous riverains nous allons être très impactés par les nuisances sonores olfactives la dangerosité du site sur le plan environnemental mais aussi pour notre santé pour notre eco système et la baisse du prix de nos biens immobiliers.

  • La problématique du trafic de poids lourds qu'engendrera l'activité est notre inquiétude majeure en tant que riverains de la future usine.

  • Très surpris de voir les contributions de personnes non concernées par le projet, n' habitant pas Escaudoeuvres, prendre position pour l implantation d une usine qui impacte uniquement la population d'Escaudoeuvres .

  • Dans la brochure, dans le texte concernant les effets sur l'économie locale, on parle de restaurants, hôtels, concessionnaires machinisme agricole. A croire qu'aujourd'hui l'agriculture du cambrésis est sinistrée et les agriculteurs n'ont pas évolué. NON les concessionnaires PATOUX ,GODEFROY n'ont pas attendu après AGRISTO pour vendre du matériel. NON les agriculteurs n'ont pas attendu AGRISTO pour s'équiper, vivre et prospérer. NON il n'y aura ni hôtel ni restaurant, il n'y a eu aucun effet de ce genre suite à E VALLEY. Tout cela est de la science fiction. Les promesses n'engagent que ceux qui y croient.

  • Avis exprimé par coupon T
    La disponibilité des bassins de décantation de la sucrerie doit être l'occasion d'un aménagement de la zone humide dans le contexte environnemental.

    --> impact CO2 avec puits de CO2 par zone humide

    --> respect de la biodiversité.

    avec aménagement lié à la véloroute verte.

  • Avis exprimé par coupon T

    Avis favorable : ne pas laisser de friche, créer des emplois, faire vivre notre agglomération.

    Aide à maintenir des surfaces agricoles.

  • Une usine de ce type, d'une dangerosité certaine, implantée au cœur de la ville, c'est totalement irresponsable ...Entre CAMPINE, le silo TEREOS et une usine qui utilise de l'huile et de l'ammoniac, les pauvres Scaldobrigiens ont tout à craindre d'accidents graves. Souvenons nous de cet incendie géant qui s'est produit dans l'usine LUBRIZOL à Rouen en septembre 2019 !

  • On marche sur la tête !!!

  • Totalement opposée à ce projet au sein d escaudoeuvres qui sera directement impactée par la pollution de l air dûe aux émissions de particules fines à cause du passage incessant des camions et tracteurs . De plus captage de plus d' un million de M3 d eau pour la production d une usine agroalimentaire de " mal bouffe" ( frites surgelées) . Et les terres agricoles qui vont être surpolluées par les pesticides nécessaires à la production intensive de pommes de terre. Une hérésie environnementale que ce soit à escaudoeuvres ou ailleurs

  • Habitant depuis 30 ans devant la sucrerie, j'ai la vue sur un site industriel avec des bâtiments de hauteurs, de formes variées qui ne m'empêche pas de voir les champs au-delà de ces bâtiments, d'apercevoir les peupliers derrière les terrains de la sucrerie, d'avoir une profondeur de champ... Avec Agristo, c'est un mur de 23 m de haut qui va être érigé (soit deux fois la hauteur des maisons du chemin Particulier) le long de la rue d'Erre et la rue du marais. Le rendu visuel n'est pas du tout le même.

  • Bonjour je travaille dans le transport depuis 35 ans et je peux vous affirmer que l infrastructure routière n est pas du tout adaptée. Personne ne parle des remorques frigorifiques, qui vont traverser Escaudœuvres et alentours , dont les groupes émettent un bruit assourdissant lors de leur mise en route, surtout lorsqu' ils seront a l'arrêt aux feux tricolores !!

  • La concertation partait certainement d'un bon sentiment . Il est normal dans ce genre de projet d'entendre toutes les parties notamment les inquiétudes des riverains et des habitants sur la valeur de leur bien. Aujourd’hui ces réunions tournent au pugilat où les inquiétudes légitimes des habitants sont taxées d'opposition par des personnes élues n'habitant plus la commune , où on traite les habitants de macronistes déçus (encore un élu). Elle est où la démocratie ? Ce débat n'a plus aucun intérêt pour la population , la plupart des questions n'ont pas de réponse "en attente d'études approfondies", les réponses de la municipalité varient de l'un à l'autre ( des feus, pas de feux , des chomeurs embauchés, des nouveaux habitants venant travailler et vivre à Escaudoeuvres) Ce n 'est pas de qualité pour un tel enjeu sur la vie des habitants, leur santé, leurs biens.

  • Etant médecin, originaire d'ESCAUDOEUVRES, nous avons été confronté a plusieurs pollutions dont celle du plomb, nous sommes contents qu'une zone d'emplois se recrée à l'ancienne sucrerie qui a compté des dirigeants parmi ma famille. Nous souhaitons avoir une démarche positive pour la Cambrésis mais avec une autre casquette de Président de d'association de sauvegarde du patrimoine et de l'environnement du Cambrésis. Nous serons vigilants pour la santé environnementale de nos amis Scaldobrigiens.

  • Les bassins de décantation doivent devenir une réserve, et pas seulement 40ha dont on ne sait pas par qui ça sera géré et de quelle manière. Dans un Cambrésis entièrement dédié aux céréales, la nature n'existe pas. Faisons de ces bassins une grande réserve de biodiversité. Non aux bassines, qui ne régleront en rien le problème de l'agriculture liée au dérèglement climatique. Tous les scientifiques sont contre. Oui à une réserve naturelle d'importance, un vrai poumon vert et un lieu de détente pour tout le Cambrésis.

  • Avis exprimé par coupon T

    En application du plan du gouvernement face à l'effondrement de la biodiversité pour restaurer la nature

    1/ Renaturer au maximum (plantations) le site des bassins en le rendant vivable pour toute la biodiversité présente ( oiseaux, canards espèces protégées)

    2/ Eviter comme actuellement le broyage de la végétation des talus en période de nidification (massacre écologique à chaque intervention) en prouvant à tous le caractère vertueux de ce projet pour l'environnement.

  • Les désagréments sonores, routiers, olfactifs, graisseux.. que vont causer l’implantation de cette usine en plein cœur d’une ville où il fait bon vivre, ne pourront être compensés par le peu d’avantages que propose cette entreprise agroalimentaire. Cette implantation ne ferai que reproduire le mécontentement des riverains habitant aux abords de cette entreprise en Belgique.

  • Totalement opposée à ce projet au sein d’Escaudœuvres. Agristo ne doit pas s’implanter en pleine zone urbaine. C’est inadmissible qu’une entreprise aurait le droit de pénaliser nuit et jour, week-end compris, des milliers de riverains (nuisances sonores et olfactives, circulation accrue de camions, dégradation plus rapide des routes, mise en péril de l’écosystème, perte de valeur des biens immobiliers…). Mais aussi perte de tranquillité dans la vie quotidienne qui n’a pas l’air d’affecter les maîtres d’œuvre de ce projet.

  • L' intervention du docteur Cliche, lors de la réunion de synthèse, a montré le flou des réponses sur les forages d'eau.
    inquiétude quand mr Bourdon a parlé ( du bout des lèvres ) de respect de mesures en cas de sécheresse. En fait, s'il pleut les pommes de terres devront être traitées plus que régulièrement pour éviter les maladies et les nappes et la population en pâtiront. Et s'il ne pleut pas assez, les producteurs pomperont dans les nappes pour arroser et l'usine pompera pour faire les frites. Et nous il faudra nous restreindre. Dans tous les cas la population est sacrifiée sur l'autel du profit .
     

    Quant à l'embauche de salariés, E VALLEY fait beaucoup mieux ( sans commune mesure )sans faire de bruit. les chiffres de participation à la concertation sont consternants. 84 questions, 27 cartes T renvoyées pour 27000 dépliants distribués. le cambrésis n a pas conscience des conséquences de l'implantation.
     

    Merci aux médecins qui ont participé et qui eux ont pris la mesure des risques.

  • Bonjour. hier j'ai assisté à la dernière réunion de concertation , je suis consterné de constater que les problèmes majeurs soient restés sans réponse : l'eau de pompage ,le trafic routier , l impact sur notre santé grave cancérigène (carbone et particules fines ). Problèmes essentiels pour un projet de cette ampleur en milieu urbain.
    J'espère et je souhaite que les services de l'etat tiendront compte de toutes ces nuissances et de prendre en compte les remarques des intervenants d'hier.

  • L’argument qui consiste à dire que les riverains de la rue d Erre et de la rue des marais, sont habitués à la présence d’une usine face à leur fenêtre est plus ou moins vrai Téréos était implanté sur 35% de l’emprise foncière et surtout situé en fond de parcelle. Donc l’impact visuel était moindre Agristo s’implantera sur 70% de l’emprise foncière et l’impact visuel sera direct.
    Je préconise qu'Agristo réalise une maquette à l’échelle afin que la population puisse visualiser réellement la masse et la hauteur des bâtiments.

  • Le devenir des bassins de décantation de Téréos

    Pourquoi pas la création d’une zone de préemption au titre des Espaces Naturels Sensibles ? À l'aval de Cambrai, avant de rejoindre la Sensée à Hordain, l'Escaut canalisé longe des prairies inondables abritant un grand nombre d'habitats caractéristiques des zones humides (fossés, mares, vasières, roselières, saules têtards). Ces habitats accueillent des espèces végétales et animales typiques de ces milieux. De nombreux oiseaux y font halte pour se restaurer et se reposer lors de leurs migrations pré- et post-nuptiales.

    Dans ce secteur de marais et de prairies humides, traversé par le vieil Escaut, la sucrerie Beghin Say puis Téréos a créé une série de bassins de décantation le long du canal de l’Escaut, sur le territoire des communes d’Escaudœuvres, Ramillies, Eswars, Thun-Saint-Martin, Thun-l’Évêque et Iwuy. L’ensemble du site, en raison de ses qualités écologiques, a été répertorié comme Zone Naturelle d’Intérêt Faunistique et Floristique de type I, dite des Marais de Thun-l’Évêque et des bassins d’Escaudœuvres. Il est l’un des cœurs de biodiversité majeurs du Cambrésis, avec des enjeux très fortement liés à l’avifaune lors des déplacements migratoires dans une vallée marquée par l’orientation Nord-Est/Sud-Ouest.

     

    Aux termes des dispositions des articles L. 142-1 et suivants du Code de l’Urbanisme, le Département est en effet compétent pour élaborer et mettre en œuvre une politique de protection, de gestion et d'ouverture au public des espaces naturels sensibles, boisés ou non, afin de préserver la qualité des sites, des paysages, des milieux naturels et des champs naturels d'expansion des crues, et d'assurer la sauvegarde des habitats naturels.

    À cet effet, le Département a décidé d’instaurer la Taxe Départementale des Espaces Naturels Sensibles, destinée notamment à l'acquisition, par voie amiable, par expropriation ou par exercice du droit de préemption, de terrains ou ensembles de droits sociaux donnant vocation à l'attribution en propriété ou en jouissance de terrains, ainsi que pour l'aménagement et l'entretien de tout espace naturel, boisé ou non, appartenant au Département, sous réserve de son ouverture au public.

     

    Exemple de Thumeries

    Vers la fin des années 70, la sucrerie Béghin Say se construit à Thumeries et crée son premier bassin de décantation. Lentement comblé par les boues de lavage des betteraves, un second bassin est creusé en 1987. La production sucrière est finalement abandonnée en 1990, ne laissant subsister que l'activité de conditionnement du sucre.

    Prospecté par plusieurs naturalistes et ornithologues de la région, regroupés bien souvent autour de l'association "Nature et Vie", l'intérêt du site est déjà bien connu de ces spécialistes. Ils font alors remonter leurs données jusqu'au département du Nord, amateur de terrains à acheter, préserver et aménager pour le public, au titre de sa politique sur les Espaces Naturels Sensibles. Des inventaires complémentaires sont alors réalisés afin d'évaluer la valeur écologique du site. Ces derniers inventaires révèlent que le site n'a pas qu'un intérêt ornithologique, mais également floristique, puis batrachologique et entomologique. Le Département du Nord s'est porté acquéreur du site le 6 juin 2001. Les travaux d'aménagement et de génie écologique ont été réalisés à partir de novembre 2004 et continuent encore aujourd'hui. Le site ornithologique a été ouvert au public en juin 2005.

    Ce qui a été possible à Thumeries, près de Lille, n’est-il pas envisageable d'Escaudœuvres à Thun-l’Évêque ?

  • Je souhaite vivement que nos services de l état et de l environnement, du bien être,de l écologie seront prendre en compte tous les questions et avis pour ne pas tomber dans le piège du profit au détriment de la santé de la population des habitants d Escaudoeuvres et de ses Alentours sur la question de l emploi il est annoncé sur 3 ans à E Valley à quelques kilomètres d Escaudoeuvres plus de 3000 emplois directs et non comme Agristo des emplois indirects transporteurs belges et autres.

  • Une usine de transformation de pommes de terre en France avec une concurrence féroce MC Cain, Ecofrost, Clarebout, les courtiers à l exportation cela va entraîner une surenchère sur les prix puis comme en endives de forçage tout va se casser la figure des investissements ou les agriculteurs ne se relèveront plus pourquoi bloque les prix baisseront très fortement sachant que les contrats annuels du transformateur vont de 100 à 600 euros la tonne de spéculation très dangereuse ,liée à la rotation des cultures en pomme de terre tout les 6 ans à bas mot 5 ans la destruction des structures phytosanitaires les investissements que les agriculteurs ne pourront pas rembourser à leurs banques un désastre économique tous les problèmes s empilent avec les problèmes de l implantation une situation que personnes ne souhaitent dans notre région une culture intensive de la pomme de terre.

  • Bonjour si la transformation du site Tereos de Escaudœuvres est une solution d'avenir pour le territoire, se pose la question du volume important de la consommation en eau 1.200.000 m3 /an en période de pleine production , qu'en sera t'il lors des sécheresses qui ne manqueront pas d'arriver
    il faut trouver une solution pour un moindre impact sur les transports de pdt auquel je rajouterai le transport des huiles alimentaires 15.000tns an soient environ 17.000 m3 autre point que fait on des déchets, est il prévu une méthanisation de ceux ci et dans ce cas où l'unité se trouvera t'elle?
    enfin un point critique sur l'organisation des tables rondes soumises à un bruit ambiant qui nuit aux échanges
    Concernant les effets indirects de l’implantation du site, une attention particulière est à porter sur les risques engendrés par l’augmentation des cultures de pommes de terre, notamment vis-a-vis du risque de l’érosion, à laquelle les terres du cambrésis sont particulièrement sensibles. Dans ce cadre, la CLE est en train de mener une étude de définition des axes de ruissellement sur l’intégralité de son territoire qui se terminera courant 2025. Les éléments pourront être transmis à Agristo, afin d’intégrer les éléments dans les contrats avec les agriculteurs. D’autres études plus localisées ont déjà aussi été réalisées (bassin de l’Eauette par exemple).
    - Le risque d’arrachage de haies et de retournement de prairie est aussi à prendre en compte (qui induirait perte de biodiversité et érosion).
    - La CLE rappelle que les arrêtés sécheresse seront à prendre en compte, aussi bien par l’entreprise que par les agriculteurs. A noter que la gestion volumétrique de l’irrigation sera mise en place dans les prochaines années (test en cours par le Chambre d’Agriculture avec les DDTM 59 et 62).
    - Une réflexion sera également à mener concernant les prélèvements pour l’irrigation. A préciser que les services de l’Etat et la Chambre d’Agriculture mettent en place une gestion volumétrique de l’irrigation.

  • LE BRUIT
    Chacun sait qu'un sommeil de qualité est indispensable pour bien récupérer d'une journée de travail, que les petits et les personnes fragiles ou âgées ont besoin d'un sommeil réparateur.
    Or qu'en sera t'il des bruits qu'occasionnera une usine si proche des habitations et dont les camions passeront sur l'axe principal de la commune? Un fonctionnement jour et nuit ainsi que le week-end perturbera nécessairement le repos des Scaldobrigiens et en particulier celui des riverains comme celui des habitants communes qui seront traversées par les poids lourds.
    Les enfants der l'école maternelle qui doivent faire une sieste l'après midi ne risquent ils pas d'être perturbés eux aussi ?
    La nuit, le moindre bruit est amplifié. Les camions qui traverseront les villages la nuit, ne passeront pas inaperçus du fait du bruit des moteurs, du non respect de la signalisation et des limites de vitesse, de la réverbération du bruit sur des chaussées pas toujours bien planes, du crissement des freins et des pneus lors des arrêts aux feux de signalisation. Certaines personnes de la rue Jean Jaurès savent de quoi je parle ! Sur le site de la sucrerie, les incivilités, klaxons, éclats de voix, accélérations intempestives même à l'arrêt, étaient hélas chose courante ! Il n'y a pas de raison que ça change !
    Les salariés, généralement motorisés, lorsqu'ils quitteront ou prendront leur poste, eux mêmes ne passeront pas inaperçus pour les riverains ! Le bruit incessant des aéroréfrigérants localisés sur les toits des transtockeurs, fonctionnant constamment toute l'année, ne manqueront pas non plus d'incommoder les riverains dans leur sommeil !

  • Professeur EN en énergétique, spécialité "froid/climatisation", en retraite, je me permets d'aborder en fichier joint l'utilisation de l'ammoniac, les risques industriels induits pour la population d'Escaudoeuvres et l'esquisse de quelques solutions pour diminuer les nuisances.


    Fichier téléchargeable en cliquant ici 

  • Enfin soyons réaliste problèmes d eau, de trafic,de pollution empreinte carbone cette usine peut s installer en France mais pas en milieu urbain ,créant un désordre environnemental il doit y avoir d autres endroits à envisager dans les hauts de France répondant à leurs exigences.

  • Les reportages sur les nappes phréatiques sont diffusés en nombre lors des journaux. On alerte sur les périodes de sécheresse et les restrictions. Et nous on risque d avoir une usine qui pompe 1 260 000 m3 par an. Sans compter les pompages des agriculteurs pour arroser les pdt. C est un suicide !!!!

bottom of page